AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les RPs 2éme edition

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
lillitha

avatar

Féminin Nombre de messages : 1012
Age : 97
Date d'inscription : 01/11/2012

Troupes
Espions:
180/180  (180/180)
Sorciers:
84000/84000  (84000/84000)
Secrets:
5/5  (5/5)

MessageSujet: RP DARKVADOR   Lun 11 Avr 2016 - 20:05

VITALLIA
Chapitre 1 ; Le sauvetage.
Dans une obscurité quasi totale, un individu vêtu d’un long manteau de cuir noir et d’un survêtement à capuche parcourant la forêt hantée fit halte. Un hurlement strident, comme un animal à l’agonie, retenti a travers les feuilles et les branches.
Sautant d’arbre en arbre avec une agilité sans pareil, il se précipite en direction des cris. Après une longue course à travers la densité de la flore, il vit dans une clairière une silhouette d’une grande envergure partir en direction d’une rivière.
Avançant avec prudence, une voix, « A L’AIDE », celle d’un homme âgé en sanglot.
« Sauvez là, sauvez ma petite fille, je vous en supll…».
L’homme rendit sa dernière volonté. Notre individu se hâte de faire une sépulture sommaire avant se suivre la trace de cette fille. L’aube approche, une autre cri, suivi d’un rugissement retenti a nouveau, nettement plus proche, notre mystérieux héro mit que le temps d’un éclair pour arriver sur les lieux. Au bord de l’eau, un monstre couleur feu munit d’une carapace maculée de petites pointes affutées sur le corps et de cornes sur un long museau arrondi cachant des yeux rougeoyants, s’apprête, de ses crocs pointus à cette pauvre cette pauvre enfant, au moment de donner le coup de grâce à la jeune fille, la bête fut projeter au sol par un coup pied, en un instant le sabre sorti de son fourreau trancha net le coup du mamphore, sans souffrance l’animal rendit son dernier cri.
Relevant les paupières, la jeune fille découvre le visage de son héro, penché au dessus d’elle un léger sourire en coin. Soudain des bruit de feuilles vint a l’oreille du héro, se mit en grade et relevant la jeune innocente une bonne dizaine de mamphores affamés fit charge en direction du couple. N’ayant aucune chance de vaincre, d’un bout ils se précipitent de l’autre coté de la rivière.
Sains et saufs, ils regagnèrent le chemin de la civilisation. Après plusieurs heures de marche, la demoiselle rompu enfin le silence
- Quel est votre nom ? Mais aucune réponse ne parvient a ses oreilles. Elle insista.
S’il vous plait monsieur dites moi quel nom dois-je mettre sur l’homme qui m’a sauvé la vie ?
-Frost.
-Frost, moi c’est Layna. Et quel visage dois-je mettre avec se joli nom ?
L’hommep lus grand d’une tête que la fille s’arrêta net puis se retourna. D’un geste lent, il fit tomber sa coiffe aussi découvrant ses cheveux noirs court tiré en arrière comme sa tenue. Un visage jeune abritant des yeux bleus comme le ciel.
-Avançons, nous seront rentrés a Vitallia avant la nuit si nous ne mollassons pas le rythme.
-Merci Frost,… de m’avoir sauvé, cette créature m’aurait dévoré.
A SUIVRE

_________________


NI DIEU NI MAITRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lillitha

avatar

Féminin Nombre de messages : 1012
Age : 97
Date d'inscription : 01/11/2012

Troupes
Espions:
180/180  (180/180)
Sorciers:
84000/84000  (84000/84000)
Secrets:
5/5  (5/5)

MessageSujet: RP ALTAIRAE   Lun 11 Avr 2016 - 20:12

Immobile, elle se laissait porter par un courant ascendant, ses ailes gonflés sous l'espace quasi-illimité de la terre des hommes la tenait à l’abri de leur flèches, baliste et autres instruments destiné à la tuer.
Profitant de l'espace du ciel inoccupé, elle laissa jouer ses muscles saillant pour exécuter différentes figure aérienne, rien ne valait la liberté du ciel. Saesenthessis est le nom par lequel les Hommes la nommer, elle-même ne s'en donnant pas, se définir sous un seul mot serait la limité, elle était un dragon, un dragon effrayant même chez ses congénères, les écailles et le cuir noir comme la nuit, seul sa tête où un exosquelette ressortait apportait du blanc pour nuancer.
Tout faisait d'elle une machine à tuer, ses griffes longues comme le corps d'un homme, ses crocs pouvant transpercer tout ce qui n'est pas du diamant, aucune flèche, épée, rocher lancer d'une catapulte ne sut entailler ou blesser son corps. Son feu était son arme de prédilection contre les hommes barbares et violent, ils ne pouvaient rien opposer à la chaleur de ses entrailles, après que les hommes d'une troupe d'un seigneur se réclamant, lui-même, du sang de dragon l'attaqua dans sa tanière, elle fit brûler son château, tout son arsenal brûla sous le son de rire vengeur. Elle sut que les bardes chantèrent longtemps la chute de puissance de Dragonsniper.

Si elle volait depuis deux jours, ce n'était pas dans l'optique d'une vengeance, ni pour se dégourdir ou prendre part aux actes de reproduction de son espèces, le dernier dragon ayant essayé, repartit avec une patte en moins. Son vole était dictée par la faim, une énorme faim, mais sur l'instant, même elle eut soif. Repliant ses ailes le long de son corps et basculant son poids vers l'avant, elle se laissa chuter, sa vitesse accéléra, elle goutta se sentiment de puissance, aucun autres animal au monde ne pouvait atteindre une tel vitesse dans les cieux, les volatiles n'était rien face à sa puissance. Elle continua de tomber tel un météore ne changeant sa trajectoire que pour s'ajuster à la goutte bleu qui se dessinait de plus en plus nettement sur le sol.
Au dernier moment elle se redressa et ouvrit ses ailles immenses, remontant d'un seul coup, elle grogna de frustration, elle aurait pu attendre encore avant de les ouvrir, elle du décrire de long cercles concentrique pour se poser ensuite.

Partant immédiatement, elle s'abreuva de l'eau du lac, elle remarqua du coin de l’œil que le troupeau de mouton n'avait apparemment pas du tout pris peur de son arriver, continuant à brouter à quelques mètres de là chose bien incongru.
Dix minutes plus tard, après s'être désaltéré, elle décida d'en croquer un ou deux pour la route.
C'est seulement lorsque croqua le premier que le troupeau finit par s’enfuir avec des bêlements effrayés, mais trop tard pour le plus dodu qu'elle choppa entre ses griffes, lança dans le ciel et l’avala d'une seul bouché.

Reprenant son envole, elle maudit sa faim, elle n'aimait pas les moutons, leur laines la rendait nauséeuse. Elle était très exigeante sur son alimentation, le gibier avait un goût trop fort le plus souvent alors elle préféré passé outre, elle n'était pas contre une petite licorne de temps à autre mais les licornes savait très bien se cacher dans les grandes forêts ou son corps énorme l’empêcher d'aller s'en risque de coucher tous les arbres sur un périmètre de plusieurs kilomètres.

Malheureusement, cet interlude boisson l'avait distrait, et avant qu'elle n’est pris assez de hauteur elle entendit les trompettes humaines sonné, elle se trouvait près d'un château. Déjà les flèche sifflées dans sa direction.

« -Alerte ! Un dragon s'approche des remparts Est ! Chargé les balistes ! Il s'agit de la Tueuse de Roi! »
La Tueuse voilà le surnom dont les humains l'avait affublé après qu'elle eut croqué le roi d'un royaume dont le nom lui échappait, roi qui avait lui-même tenté de la tuer mais ça personne ne le précisais jamais. Elle trouvait ce surnom vexant, elle n'était pas une tueuse de roi, mais une tueuse d'emmerdeur, qu'il soit roi ou valet, elle les brulait vif et les dévorait !
Rugissant assez fort pour couvrir le son de toute les trompettes elle s’abattit sur le château, déversant son feu sur les remparts, carbonisant les hommes, réduisant en cendre leur armes sur des remparts sensé les protéger ! Elle était pressée, sans prendre le temps de jouer avec la nourriture elle se posa au centre du donjon, juste assez grand pour l'accueillir. Elle tua à coups de griffes, de queue, de flamme et de crocs tous les humains venant à sa rencontre, dévorant tous ceux qui avait la bêtise de s’approcher trop près de sa gueule !
Quand un calme relatif revint, elle s'envola une nouvelle fois.

Elle grogna le long du trajet, les hommes avaient de nombreux défauts, dont celui d'être infect, une viande fade, trop souvent recouvert de métal sur lequel elle s’abîmait les dents et qui ne facilitait jamais la digestion.
Sans le savoir un nouveau surnom lui était attribué, le Fléaux de Terres-Neuves, une nouvelle légende sur sa férocité allait bientôt parcourir le pays.

Remontant assez haut dans le ciel pour ne plus souffrir de pareil rencontre elle se dirigea vers sa « corne d'abondance » personnel, le seul endroit où elle savait pouvoir trouver un repas digne de ce nom.

Après encore plusieurs jours de voyages, étant passé au-dessus de la mer elle se posa, sur une petite île remplie de vache qu’elle connaissait bien.

Alors la Tueuse de roi, le Fléaux de Terre-Neuve, la dragonne qui accompagnait le cauchemar de tous les hommes et mêmes des dragons de son espèces se jeta sur sa nourriture, et sous l’œil de ses amies les vaches elle put brouter en paix jusqu'à s'en faire péter le bidon.

_________________


NI DIEU NI MAITRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lillitha

avatar

Féminin Nombre de messages : 1012
Age : 97
Date d'inscription : 01/11/2012

Troupes
Espions:
180/180  (180/180)
Sorciers:
84000/84000  (84000/84000)
Secrets:
5/5  (5/5)

MessageSujet: RP PTILU   Lun 11 Avr 2016 - 22:49

Kraäl, Inutopia, 11 Février 1392.

Alors que j'arpentais les rues nocturnes et sinistres de Kraäl, un morceau de papier gisant sur le sol humide attira mon attention. Pourquoi ? Je n'en sais trop rien, le destin très certainement. Il s'agissait d'une missive. Du moins, une partie de missive. Elle était arrachée, comme volontairement, à un endroit, comme si l'on voulait en cacher une partie de ce texte. Je regarda plus en détail le contenu de cette missive.

"La bête est là, je ne sais que faire. J'ai besoin de toi. Je t'aime. Retrouve moi à la tanière Br"

Voilà ce qui me restait de la missive. Je me demandais ce que pouvais donc être cette tanière, et surtout, à qui pouvait-elle bien appartenir ? Je relevais la tête quand une idée me parvint. Et si au final, ce n'était pas une tanière connue et réputée auprès de tout le monde ? Je me suis dis que je devais aller vérifier par moi-même à l'extérieur de la cité.

Je pris quelques affaires avant de partir, de quoi me ravitailler, une livre, une plume, et un peu d'encre. Je sentais que j'allais en avoir besoin, et surtout que cette missive était sûrement importante pour la sécurité de tous. Cette "bête" ne me rassurait guère, mais si quelqu'un devait s'en occuper, ça ne pouvait être que moi. Je ne me doutais pas de ce qui m'attendait, et ce n'était peut-être pas plus mal.

Je sorti de Kraäl, tout en étant assez éloigné des gardes pour ne pas provoquer le moindre soupçon. J'avançais dans la forêt, je n'avais toujours aucune idée de ce que pouvait être cette fameuse tanière, et surtout, quel était ce mot commençant par "Br"... J'aperçu un point d'eau, ayant bu quand même un peu depuis mon départ, je me suis dis que l'idée de remplir ma gourde ne serait pas une si mauvaise idée. C'est quand j'ai commencé à la remplir que je me compris que je ne boirais plus une goutte de cette gourde. Un liquide violâtre flottait sur cette marre. C'était du sang, mais il n'était pas normal. Il semblait comme infecté par un virus, une maladie, mais le sang semblait avoir coulé il y a peu. Je relevais la tête, tout en craignant la suite de ma vision. Effectivement, un corps de cheval gisait contre ce point d'eau. En regardant les alentours, j'ai pu apercevoir une tanière, son entrée était en bronze, je compris et pris peur. Je suis donc parti inspecter la créature, les blessures étaient fraîches, elles ne devaient pas avoir plus de 30 minutes. Ils ne manquaient aucune partie de l'animal, ce n'était pas un meurtre "nutritif", la bête tuait pour le plaisir. Il n'y a pas pire cruauté.

Je rassemblais mes quelques affaires et mon courage, et je continuais mon périple. Pas plus de 15 minutes plus tard, ma plus grosse crainte se produisit, je la voyais enfin, la Bête. Son pelage était long, noir. Aussi noir que les ténèbres. La Bête était grande, elle devait mesurer pas loin de deux fois ma taille. Elle ne m'avait pas encore repérée, et j'en étais tellement heureux. Ses griffes semblaient être aussi longues que mes bras, à moins que ce ne soit mon esprit qui me jouait des tours. Au regard, je compris donc qu'il s'agissait d'un loup-garou. Mais il n'était pas comme ceux que j'avais déjà rencontrés, celui-ci n'avait aucune lueur dans son regard. J'ai repensé au sang infecté, et là, j'ai compris. Ce loup-garou n'en était pas réellement un. Du moins, il ne l'était plus. Je ne sais quelle magie nécromancienne avait pu faire ça, mais cette créature revenait d'entre les morts... Un loup-garou mort-vivant ? La personne qui avait créé cet être ne devait avoir aucun espoir en la survie de ce monde. Je ne pouvais l'affronter, je ne pouvais rien faire à part fuir, et prier pour ne jamais retrouver sa route. J'ai donc décidé de retourner au village, de fuir comme le dernier des lâches, je ne pouvais rien faire. Que ce monde me pardonne...

_________________


NI DIEU NI MAITRE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les RPs 2éme edition   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les RPs 2éme edition
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [Edition Atlas]Problème Elfes
» Edition atlas N°66
» Edition Panini
» Nouvelle Edition pour Gunnm
» Samurai edition v1.5 : Banzai !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La cité de Kraäl :: Les jeux de kräal :: Epreuve de rp sur le thème de Rol-
Sauter vers: