AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Loups-Garous, bête de gevaudan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Agammemnon

avatar

Masculin Nombre de messages : 4224
Age : 760
Fonction : Esprit gardien de l'ordre lycan
Date d'inscription : 27/07/2006

Troupes
Espions:
180/180  (180/180)
Sorciers:
72556/84000  (72556/84000)
Secrets:
0/6  (0/6)

MessageSujet: Loups-Garous, bête de gevaudan   Dim 15 Oct 2006 - 18:43

Loups-Garous,
Bêtes du Gevaudan et d'ailleurs....





Sources Antiques




Au Vème siècle av. J.- C., HERODOTE dans ses Histoires mentionne déjà les garous. Au Ier siècle av. J.- C. DIODORE de SICILE avec sa Bibliothèque Historique, VIRGILE avec Moéris, OVIDE avec La légende de Lycaon, nous laissent des textes impérissables. Mais le mythe du loup-garou est bien plus ancien et remonte à la nuit des temps.



Sources anciennes

Les philosophes, médecins et scientifiques anciens se sont vivement intéressés aux loups-garous. Ainsi dès le Ier siècle ap. J.-C., de SIDE ( Athènes) nous entretient abondamment de leur existence, ce que confirme PETRONE avec son Histoire de Niceros. PLINE L'ANCIEN et sa Naturalis Historia et PAUSANIAS avec sa Description de la Grèce au IIème siècle ap.J.- C., ORIBASE (Constantinople IVème siècle), nous informent de la présence de lycanthropes. Viennent ensuite le medecin AETIUS (Rome Vème- VIème siècles), Paul d' EGINE ( Alexandrie VIIème siècle), qui nous abreuvent d'anecdotes sur la porphyrie.

A l'époque médiévale, Marie de FRANCE écrit Le Lai du Bisclavaret en 1180. L'étrange Roman de Guillaume de Palerne apparaît quelques temps plus tard sans que l'on sache exactement à quelle date. Le conte celtique Arthur and Gorlagon est daté du XIVème siècle. Enfin Le Morte d'Arthur de MALORY est publié en 1470. Du Moyen-Age à la Renaissance, une avalanche d'écrivains, de juges, d'inquisiteurs et de savants docteurs se mettent de la partie pour nous entretenir de leurs chères études à la fois basées sur de sérieuses recherches et sur leurs fantasmes. En 1486 les inquisiteurs dominicains SPRENGER et KRAMER publient leur célèbre Malleus Maleficarum à Francfort. En 1548 à Paris, le médecin FERNEL est l'auteur du De Abditis Rerum Causis, le médecin WIER à Bale nous lègue son De Preaestigüs Daemonum, en 1563, le grand Ambroise PARE poursuit avec Des Monstres et Prodiges, édité à Paris en 1573. Le juge BODIN, toujours à Paris en 1580 nous livre De la démonomanie des sorciers, l'humaniste SCOT publie à Londres en 1584, The Discoverie of Witchcraft, à Lyon le juge BOGUET écrit son Discours des sorciers en 1590, en 1591 le fameux médecin de Leipzig, WOLFESHUSIUS édite son De Lycanthropis, le juge REMY donne son Daemonolatria en 1595 à Lyon. C'est maintenant autour du roi d'Angleterre, JACQUES Ier de faire connaître son Daemonologie à Edimbourg en 1597, le jésuite et ancien juge DEL RIO sort son Disquisitonum Magicarum à Louvain en 1599, l'historien GOULART continue avec ses Histoires admirables et mémorables en 1607, le tristement célèbre Juge et Inquisiteur de LANCRE voit publier à Paris en 1613 son Tableau de l'inconstance des mauvais anges et démons. En 1614, WEBSTER donne sa Duchesse d'Amalfi. De la lycanthropie, l'ouvrage du médecin de NYNAULD, est publié à Paris en 1615. CERVANTES, dans Los Trabajos de Persilès y Sigismunda, en 1617, ajoute sa pierre à l'édifice des garous de tous les pays. C'est avec l'humaniste BURTON et son The Anatomy of melancholy édité à Londre en 1621 que nous allons conclure cette énumération d'ouvrages laquelle, reconnaissons-le, est loin d'être exaustive... Ajoutons a propos du dernier titre cité, qu'à l'époque il était de bon ton de croire que la lycanthropie était le résultat d'une mélancolie insoutenable.



Retenons que si tous les ouvrages cités plus haut et plus bas, décrivent largement des cas de lycantropie et de porphyrie, ils nous entraînent aussi parfois vers d'autres monstruosités maléfiques. Ainsi, point ne sont oubliés les nécrosadiques, les vampires et leurs ancêtres, les lamies, les striges, les empuses, les onoscèles, les oupires, les brucolaques, les goules et autres succubes et incubes et même les excommuniés susceptibles de se transformer passivement ou volontairement en garous et en vampires. Les légendes roumaines de Transylvanie qui se réfèrent à Vlad Dracul plus connu sous le nom de comte Dracula, ou le sobriquet de Vlad l'Empaleur (sa distraction favorite était en effet d'empaler les turcs par milliers), évoquent pour la plupart ses terribles et douleureuses transformations alternatives en vampire ou en loup-garou, raison pour laquelle nous mentionnons ici ce personnage aussi effrayant qu'historique. Il nous faut dire qu'il existe encore un grand nombre de variantes sur le thème du loup-garou. Par exemple, les ours-garous, les panthères-garous, les chats-garous (Raminagrobis dit aussi Grippeminaud était souvent considéré comme un ogre-chat. En réalité il n'en est rien et il s'agit bien d'un énorme matou-garou, patelin et fourbe en diable, qui dévorait les plus petites bêtes que lui et surtout les enfants point sages.) chiens-garous, les renards-garous, les serpents-garous, les beuf-garous entre autres... Les ouvrages concernant ces créatures dépasseraient trop largement le cadre de notre bibliogarous... Un peu d'humour avec les beufs-garous, savez-vous que l'étude de leurs moeurs se nomme la BOUSANTROPHIE...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Loups-Garous, bête de gevaudan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Loups Garous Party 2011
» • Loups-garous.
» Pouvoirs des Loups-Garous
» Description détaillée des loups-garous & Thérianthropes
» Les Loups-Garous

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Ordre Lycan :: La lycanthropie :: Origine et légende-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: